Promesses tenues pour le dernier concert du festival

Pour ce dernier concert du 31e festival “Musique au cœur de la tapisserie”, près de 200 personnes ont apprécié l’association orgue et chœur qui a mis en valeur l’orgue d’Aubusson dans un répertoire de musique baroque sacrée composée par J.S. Bach et ses contemporains, Buxtehude, Böhm, Pachelbel, Kirnberger.

Pierre-Michel Bédard à l’orgue
Le chœur éphémère 4 dirigé par Frantz Avril

Le concert a débuté par le spectaculaire Praeludium en Do majeur de G. Böhm dont le premier mouvement est joué uniquement aux pédales. L’organiste, Pierre-Michel Bédard, a démontré à travers le riche répertoire qu’il a interprété seul ou en accompagnement du chœur sa grande maîtrise instrumentale et musicale, ainsi que la qualité et la diversité des registres de l’orgue d’Aubusson.

Pierre-Michel Bédard dans le Praeludium en Do majeur de G. Böhm

Le chœur éphémère 4 regroupait pour cet évènement des choristes amateurs sous la direction de Frantz Avril, Président des Amis de l’Orgue et Chef de chœur de la chorale Cantate en FA qui ont travaillé pendant plusieurs mois les sept œuvres interprétées avec l’orgue ou a capella. Le Magnificat de Pachelbel a, comme il se devait, magnifiquement ouvert les chants, déchaînant des applaudissements nourris.

Le chœur éphémère 4, dirigé par Frantz Avril et accompagné par Pierre-Michel Bédard à l’orgue

L’émotion a été particulièrement palpable quand le chœur a interprété a capella l’ Unser Vater d’Homilius, dédié à l’un des leurs, Jean-Jacques Renault, disparu brutalement trois semaines avant le concert.

En préalable à l’interprétation des  œuvres, Pierre-Michel Bédard, professeur au Conservatoire de Limoges où il enseigne l’histoire de la musique, nous a fait bénéficié de commentaires éclairés sur les origines des œuvres, leurs caractéristiques musicales et leurs relations avec Bach.

Pierre-Michel Bédard expliquant l’œuvre qu’il s’apprête à interpréter avec le chœur

C’est avec un plaisir évident que les choristes et l’organiste ont repris en rappel l’Alleluia de Buxtehude qui a joyeusement clos le concert, devant un public enthousiaste, debout pour applaudir.

Les applaudissements nourris du public à la fin du concert

Crédits photos : Yveline Le Grand