Un mariage inédit au Festival La vielle à roue et l’orgue

Concert en l’église Ste Croix d’Aubusson

21 juillet 2019

Dans sa présentation, Frantz Avril, le président, attire l’attention sur l’originalité de ce premier concert du 32ème Festival de “Musique au cœur de la Tapisserie”.

Photo : Robert Guinot

C’est la première fois que l’orgue se fera entendre avec une vielle à roue.

Le bel instrument de l’église a maintes fois résonné avec des compagnons variés : flûte traversière ou de pan, instruments à cordes variés, vents, bois et cuivres, marimbas… jamais avec une vielle plus connue pour interpréter de la musique folklorique et traditionnelle. Et c’est là que réside toute l’originalité”.

Rémy Couvez, ce musicien normand qui a d’abord  pratiqué le piano et la clarinette s’est pris de passion pour la vielle à roue qui lui a révélé de nouvelles sonorités et a orienté différemment son approche musicale. Il a bâti tout un nouveau répertoire  associant la vielle à divers ensembles à cordes et à vent puis plus récemment à l’orgue.

Pour ce concert, l’orgue est joué par  Marie Vallin, pianiste, claveciniste, concertiste et accompagnatrice, mais aussi musicologue.

D’entrée, Rémy Couvez fait annoncer que ni les œuvres, ni la vielle ne feront l’objet de présentation avant la fin de l’exécution de la musique. Les auditeurs sont invités à se laisser aller tout au long du déroulement du concert, à goûter les sonorités, à se laisser prendre  par l’ambiance musicale créée.

Et c’est bien le miracle qui s’est produit de l’aveu de plusieurs auditrices et auditeurs qui ont pu à la fin du concert poser toutes les questions qui leur venaient en tête.

Les duos interprétés sur des œuvres baroques de Bach, Haendel, Vivaldi révélaient de nouveaux aspects mis en valeur par la sonorité de la vielle se mariant magnifiquement avec les registres de l’orgue particulièrement bien choisis. 

Photo : Robert Guinot

Marie Vallin, interprétant en soliste trois œuvres classiques a su utiliser les ressources de timbres variés et succulents de l’orgue de type baroque allemand très recherché pour ses sonorités. Assistée par son compagnon, lui-même organiste, elle n’a pas hésité à modifier la palette des registres à chaque variation de la partita de Georg Boehm qui était au programme.

Un régal pour les mélomanes amoureux de la musique d’orgue.

Le concert se terminait avec des compositions de Rémy Couvez qui ont plongé les auditeurs dans des “ambiances lentes, nostalgiques ou méditatives, ” entrecoupées   “d’envolées rythmées plus festives” (Mondomix).

De l’avis de nombreux auditeurs : un concert original qui a permis de découvrir les ressources insoupçonnées de la vielle à roue et jouir d’un cocktail raffiné de sonorités subtiles et variées.

Compte rendu du concert dans “La Montagne” du 24 juillet 

Vous pouvez télécharger le dépliant du festival ci-dessous :